NE SOIS PAS INQUIET POUR TON AVENIR.

Publié le par LEADING MAKER-CIN2E

SOIS CONFIANT!

SOIS CONFIANT!

Je suis inquiet mon frère, rien ne bouge dans ma vie ; je viens de perdre mon emploi, ma femme m’a quitté .Jusqu’à présent aucun entretien d’embauche ne me réussit …Et ma situation s’en pire de jour en jour .Je suis très endetté et chaque jour que Dieu fait je me pose des questions sur mon avenir.

Oui nous étions nombreux à penser ainsi, à occuper utilement notre précieux temps à penser a quelque chose qui n’arrivera certainement pas.

Pourquoi es-tu inquiet pour ton futur ? Ne dépend-il plus de toi ? Pourquoi image tu un futur négatif ?

L’avenir est ce qui doit arriver, c’est le futur d’une personne ; Est-il nécessaire de CRAINDRE quelque chose qui n’est pas encore arrivé ?

Craindre son avenir justifie un sentiment d’insécurité, un manque de confiance en soi et une absence de vision ; L’évènement présent ne définit pas ton futur .Ton futur est défini par tes choix et actions du présent. Si après une perte d’emploi, ou après plusieurs année de chômage tu t’inquiètes pour ton avenir, laisse-moi te dire que tu perds ton temps .C’est un acte inutile .Pense plutôt à ce que tu peux faire pour bâtir ton avenir .Le futur se bâtit selon ce que nous désirons.

On prépare le futur, on ne le craint pas puisqu’il dépend de ce que tu fais .Si tu continues de craindre le futur c’est que tu n’es pas en train de réaliser ton rêve ; alors tu es encore indécis et Tu ne sais pas ce que tu dois faire.

En réalité une vision se conçoit, se développe, se matérialise, se défend, s’entretient.

Et cela ne se fait pas en un seul jour. Il vous faudra du temps, traverser assez d’épreuves et relever des défis.

Cela s'appelle ECRIRE son HISTOIRE.

J'écris la mienne depuis des années et je peux te témoigner qu'on n’essaie pas, mais on choisit.

Prépares ton avenir et ne le craint pas.

En réalité une vision se conçoit, se développe, se matérialise, se défend, s’entretient.

Coach Herve Eagle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article